Spiga

Pouvoir, presse et société : tensions sur fond de "censure"

Censure, tension, auto-censure, pression de la société, lutte de pouvoirs, ... la liste des qualificatifs est longue décrire ce mois de Février. Les faits se sont multipliés le mois dernier, caractérisés par des tensions entre presse et pouvoir d'un côté, et entre médias et justice de l'autre côté.

Pour rappel, tout a commencé fin de l'année dernière et avec le début du mois de janvier suite aux discours de Rached Ghannouchi et Hamadi Jebali et leurs volontés d'avoir des médias gouvernementaux.

Tension entre Presse et Pouvoir

La pression s'est faite de plus en plus grande de la part de différents élus de la constituante et/ou membres du gouvernement provisoire liés au Mouvement Enahdha avec des déclarations visant directement les médias en les accusant de projeter une fausse réalité de la situation du pays, de provoquer la peur chez les tunisiens et de donner une fausse image du pays à l'étranger freinant ainsi les investissements.

Rached Ghannouchi a rajouté une couche lors de la conférence de presse organisée le 23 février par son mouvement et a insisté sur l’objectivité des médias et l’assainissement du secteur tout en se prononçant contre l’incarcération des journalistes (lire après l'affaire Attounssia)


Cette pression a été appuyée virtuellement sous le couvert d'une propagande et d'une manipulation Facebookienne, et sur le terrain à travers des sit-in pour réclamer « l’épuration du secteur de l’information » qui impose un black-out sur les réalisations et les acquis du gouvernement actuel. Une partie de la société a donc pris la relève pour imposer sa "censure" au nom d'une légitimité électorale oubliant au passage que le chef de gouvernement provisoire a nommé d'anciennes figures "novembristes" à la tête de certains médias publics.




Cette même partie de la "société" s'est aussi distinguée en s'attaquant à tout ceux qui expriment leur colère ou revendiquent quelque chose. On les a vu au mois de janvier à la Kasbah y aller insulter en toute impunité les représentants des médias, on les a vu aussi contre manifester en toute insolence face aux agents de l'ordre à la même place, sans oublier le rôle joué pendant la grève des agents de la municipalité et lors de la manifestation de l'UGTT. Le fameux leitmotive rcdiste "t'es pas avec moi t'es donc contre moi" est de retour.

Les médias, notamment publics, sont donc quotidiennement accusés de ne pas refléter la volonté du peuple. Un peuple qui prend désormais des initiatives et attaque en justice l'Établissement de la télévision tunisienne pour interdire l'utilisation de l’appellation "provisoire" pour qualifier le gouvernement et le Président de la République. Une appelation qui a suscité pas mal d'irritation de la part des nahdhaouistes, notamment Samir Dilou porte parole du gouvernement et ministre des Droits de l'homme et de la justice transitoire.

Concernant l'affaire, le tribunal de première instance a rejeté la plainte déposé par un avocat. La tension est désormais entre médias et justice.



Tension entre Médias et Justice

Dans le même registre ou presque, la cour de cassation a décidé de pourvoir en appel le jugement concernant le filtrage des sites pornographique et de donner raison à l'Agence Tunisienne d'Internet contre les trois avocats plaignants. 

Une petite lueur d'espoir dans un ciel assombrie, surtout avec l'affaire du journal Attounssia et l'incarcération de son directeur Nasreddine Ben Saïda suite à la publication d'une photo très osée  dans laquelle apparaît #Khedira, footballeur allemand d’origine tunisienne avec sa femme quasi nue, à la une du journal. La photo a provoqué une grande polémique sur la question du respect de la déontologie et de l’éthique, à l’heure où les médias sont victimes de plusieurs accusations





Oui, la décision de publier cette photo est très provocatrice - encore plus dans un contexte sociale bien particulier - et qui ne relève point d'une liberté d'expression venant d'un média qui s'est beaucoup distingué avec l'ancien régime. Mais delà à en faire une affaire moralisatrice, politique et criminelle, il y a des limites qu'il ne faut pas dépasser !

Le directeur du journal a été arrêté (e relâché depuis) sur la base d’un article du code pénal et non du code de la presse, alors qu'une amende aurait tout simplement  suffit.

Quand y en a plus, y en a encore

On pourra aussi discuter du double refus de la nouvelle direction de la télévision tunisienne à l'encontre de la diffusion de la pièce de théâtre de Taoufik Jbali "Danse avec le singe" et de la réalisation de la série humoristique  "L’inspecteur Khlifa" de Lamine Nahdi ..

Détailler le cas Zakaria Bouguerra violenté par un officier de police et "censuré" par la hiérarchie (il ne doit plus adresser la parole au policier ni mentionner son nom), de la révocation de Elyes Gharbi de la chaine radio Shems FM ..

Parler de la scène du Rap qui a vu coup sur coup une plainte des douaniers contre Klay BBJ et Med Amine Hamzaoui à cause de leur clip "Wa9tech", l'arrestation des Madou MC, Weld El 15 et Emino pour consommation de zatla trois jours après la tenue d'une manifestation le 18 Fèvrier pour la légalisation ou dépénalisation de la .. Zatla justement, et du groupe VIPA prié de quitter la scène lors du TEDxISG à cause du gros mot "zebi" ..




.. mais ça fera beaucoup trop pour un seul article.




3 commentaires:

  etoile0045

25/12/2012 11:24

Bonjour une petite visite de courtoisie pour découvrir votre blog bravo il est vraiment sympa je dépose mon vote et je t'invite a visiter le mien

voyance gratuite par mail

  Voyance mail

20/09/2014 13:10

Super ! Ton blog est vraiment génial !
Merci d’exister !!!


voyance par mail gratuite

  voyance gratuite

13/04/2015 12:49

Mes vives félicitations pour votre site! Ça m'a beaucoup aidé et plu, surtout que tous vos partages sont intéressants. Longue vie à votre site. Surtout ne vous découragez jamais ; votre blog est vraiment au top !